AMAP de Chelles

Menu

Catégorie : Vie de l’association

Distribution à nouveau dans notre salle habituelle

Bonne nouvelle!! Nous allons pouvoir enfin récupérer notre salle habituelle pour les distributions dès ce lundi.

Bien évidemment, nous allons devoir respecter quelques consignes sanitaires (port du masque obligatoire, distanciation physique, etc…) nous comptons donc sur vous pour les respecter. Nous vous enverrons un mail les jours qui viennent avec l’ensemble des mesures mises en place.

Un grand merci à tous ceux qui nous ont ouvert leurs portes pendant cette longue période, permettant ainsi que les distributions puisse avoir lieu dans de super conditions. Vous nous avez permis de continuer à profiter des bons produits de notre amap. MERCI!

Bien à vous,
Ruxandra pour l’Amap

Le confinement a été bénéfique pour nos producteurs

Lors de la distribution du lundi 11 mai, nous avons eu le plaisir de retrouver quelques producteurs de notre association, dont Yves de « LA FROMENTELLERIE » pour les produits laitiers. En ce premier jour « appréciable » de déconfinement, Yves s’est confié :

« Le confinement, lié à la malheureuse pandémie, a été bénéfique pour nous producteurs. On s’est fait connaître et on a eu une pression sur les ventes beaucoup plus importante, grâce aux AMAP. Le fait d’avoir choisi mon orientation vers les AMAP a fait que je n’ai pas eu de semaine d’adaptation difficile, contrairement à mes collègues qui avaient plutôt des restaurants. J’ai perdu un restaurant, un lycée, une boulangerie, mais par contre j’ai vendu plus : à la ferme, dans des boutiques à la ferme qui livrent dans des AMAP et que je livrais, elles ont triplé leur commande, Point Nature à Alfortville et les petites épiceries ça a encore mieux marché. Les gens ont eu le temps, ils ont tapé, ils ont cherché, on a été appelés, et on s’est fait connaître dans des nouvelles AMAP.

Le problème que nous rencontrons nous, c’est la main-d’œuvre, on manque de temps, on est débordés de boulot, on n’arrive pas à faire les choses rationnellement. Je crie haut et fort qu’il faut diminuer les cotisations sociales pour encourager les patrons, leur permettre d’augmenter le nombre de salariés qui permettrait à chacun d’avoir un temps de travail plus rationnel, plus équilibré et donc d’avoir un temps de la vie de famille, que je pense, beaucoup ont apprécié pendant le temps de confinement. Ils ont retrouvé leur famille, leurs enfants, la joie de vivre, pourvu que cela dure !

Produits laitiers

Je pense que dans les clients qu’on a récupérés pendant ce temps de confinement, on va en garder 20 à 30 %, et le reste va retomber dans le schéma de la bousculade, de la pression au travail. Le supermarché va mettre une communication très forte pour les attirer, mais malgré tout on gueulera un peu plus, on va trouver des gens qui vont peut-être changer de métier, qui vont peut-être revenir vers des métiers comme les nôtres. J’espère que les personnes vont apprendre à ce faire un avis, et à ne pas boire tout ce qui nous est apporté à la télévision, à avoir peur, à vivre dans un climat anxiogène… et du coup on accepte tout, parce que « l’état providence » vient nous sauver.

Ce qui nous sauve nous petits producteurs, se sont vous les consommateurs, sans vous on n’est rien. Aujourd’hui, tout est fait pour supprimer votre liberté, par contre, vous, vous êtes plus forts que nos politiques, et vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ce chemin de liberté. Nous on veut garder le système qui vous sécurisera et qui vous permettra de rester libres. Si on peut avoir du monde qui vienne dans nos métiers et développer nos structures, allons-y.

Je croix que la meilleure défense durable c’est ce que l’on fait, c’est ce que vous faites. Et ils ne peuvent pas nous empêcher d’acheter chez nous et nous nous empêcher de vous vendre. LE CHEMIN IL EST LÀ. »

La distribution en temps de pandémie de coronavirus

Le virus Covid-19 fait partie aujourd’hui de nos vies, rapidement, brutalement.

Nous ne nous laissons pas abattre. Et en ces temps de crise, il faut miser sur les circuits courts, plus que jamais.

Distribution la veille du confinement.

Les salles municipales ayant été fermées, Marie-Lise et Abou ont proposé de recevoir la distribution chez eux. Merci à eux !

Nous avons tout fait pour respecter la distanciation. La distribution s’est fait en portant des gants jetables.

Préparation des paniers pour la deuxième semaine du confinement.

Ce mardi matin (au lieu de lundi), durant un créneau horaire plus large, de 9h à 12h, nous avons pu récupérer nos paniers déjà préparés, donc sans contact.

Distribution des paniers sans contact.

D’habitude nous recommandons le contact humain, mais il faut s’adapter ! Nous avons hâte de retrouver une situation normale et donc plus de convivialité. En attendant, nous pensons à tous les soignants, les producteurs et tous les métiers utiles qui font que cela tourne toujours.

Richard, pour l’AMAP.

« Tous cobayes ? » au cinéma le bijou de Noisy le Grand.

Ciné débat vendredi 27 septembre à 20h30, en présence du réalisateur.

Accueil à partir de 19h30 autour d’un buffet, proposé par Label de Champs, AMAP de Champs-sur-Marne à l’initiative de cette séance.

 

Sommes-nous tous des cobayes ?
Comment se fait-il que les OGM agricoles soient dans les champs et dans les assiettes alors qu’ils n’ont été testés que pendant trois mois sur des rats ?
Comment se fait-il que l’énergie nucléaire soit toujours l’énergie du futur alors que les hommes ont vécu Tchernobyl et Fukushima ?
Les conclusions seraient-elles accablantes?

 

Un film de Jean-Paul jaud.

 

Cinéma le bijou : 4 place de la Libération – 93160 Noisy-le-GrandTél. : 01 48 15 05 56.

     

Des fermes, pas des usines.

Bibi Hassen nous signale une pétition proposée par le site enviedepaysans.fr. Elle  va complètement dans le sens de l’activité de notre AMAP. En voici le résumé :

Au nord comme au sud, nous exigeons des politiques qui permettent l’installation et le maintien de paysans nombreux, au sein d’un modèle d’agriculture paysanne, seul capable de respecter les hommes, de préserver l’environnement et de produire une alimentation de qualité, produite, transformée et distribuée le plus localement possible, permettant ainsi la revitalisation des territoires aujourd’hui de plus en plus défigurés et désertifiés par l’industrialisation de l’agriculture.

Si vous voulez signer cette pétition, c’est par ici : http://enviedepaysans.fr/signez-lappel-des-fermes-pas-des-usines/#.UhzLHSROKJB